Culture scientifique > Conférences grand public


Culture, Culture scientifique et humanités

UTLC - Rencontre avec Christophe Charle

26 février 2018

Enseignant-chercheur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Christophe Charle est spécialisé dans l’histoire sociale et l’histoire culturelle.

Structure de rattachement

DIRECTION DE LA COMMUNICATION
Christophe Charle

Christophe Charle

Pourriez-vous vous présenter ?

Je suis spécialiste d’histoire sociale, d’histoire culturelle et d’histoire comparée. Actuellement, j’exerce entant que professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris 1. J’ai publié de nombreux livres sur l’histoire des intellectuels, des universitaires, des écrivains, du théâtre, de la presse… Auparavant, j’étais professeur d’histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3 mais aussi directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS/ENS).


Qu'est-ce qui vous a conduit à travailler sur ce thème de recherche ?

À vrai dire, j’ai fait ma thèse sur ce sujet en me demandant « pourquoi les intellectuels sont-ils apparus à la fin du 19ème siècle ? » et en 1990 j’ai sorti le livre « Naissance des intellectuels ». Les intellectuels sont fortement liés à l’université depuis la fin du 19ème siècle. En effet, ce sont les années de réforme profondes où l’université Française s’inspire de l’université Allemande. Cette ouverture offre de nouveaux enseignements tels que la psychologie, la sociologie ou l’économie. Ces changements influent également sur le monde extérieur puisque les universitaires deviennent des intellectuels et interviennent pour changer l’opinion publique au nom du savoir. Leur prestige dû aux diverses publications scientifiques influence l’avis du public, comme on a pu le voir avec l’affaire Dreyfus. Après cette époque se sont enchainés des cycles d’évolution universitaire, positifs ou non. Ma conférence couvre les années 1880 à 1960 afin de montrer plusieurs cycles de ces transformations.


Pourquoi ne pas avoir analyser la vie intellectuelle jusqu’à nos jours ?

Je l’ai fait dans le livre « La vie intellectuelle en France » coécrit avec Laurent Jeanpierre, mais j’ai choisi de ne pas abordé cette période lors de la conférence à cause de plusieurs contraintes. Tout d’abord le temps imparti est trop court pour s’étendre sur un sujet aussi vaste, il y a également le risque de créer une polémique en parlant de sujets actuellement sensibles. De plus, j’estime que le public aura lui-même vécu cette époque et ses changements.


Votre conférence UTLC porte sur le lien entre vie universitaire et vie intellectuelle en France. Pensez-vous que ce lien est différent dans d’autres pays ?

Oui, ce lien est différent dans chaque pays. La particularité de la France réside dans sa forte centralisation. En effet, les intellectuels se concentrent à Paris ce qui rend le lien université-vie intellectuelle plus intime et concentré. Autre originalité Française, les intellectuels interviennent dans les médias sur n’importe quel sujet ce qui crée des figures de référence. Au contraire, aux États-Unis par exemple, chaque intellectuel à sa spécialisation et ne s’exprime publiquement que sur cette dernière.


Vous donnez une conférence à destination du grand public dans le cadre de l'UTLC. Comment percevez-vous cela ?

Chaque conférence est différente, tout comme en cours avec mes étudiants j’essaie d’adapter le contenu afin de ne pas créer un écart orateur-public. J’espère que mon intervention aura un impact positif en apportant un plus à tous les participants.

Publié le 26 février 2018

mise à jour le 26 février 2018



Trouver un article

Trouver un article