Culture scientifique > Conférences grand public


UTLC - L’impossible commémoration de la guerre d'Algérie (de 1962 à nos jours) - 21/03/18

Par Rémi Dalisson - Enseignant-chercheur à l’Université de Rouen Normandie, laboratoire GRHis, associé au CHS de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Animée par Olivier Feiertag - Enseignant-chercheur à l’Université de Rouen Normandie, Laboratoire GRHis.

 

 

Il s’agira de comprendre pourquoi la commémoration de la guerre d’Algérie reste problématique en France, pays qui compte quatre dates pour célébrer le conflit, le 11 novembre (commémoration de tous les morts pour la France), le 25 septembre (Journée des Harkis), le 5 décembre (Journée d’hommage aux morts pour la France en Afrique du Nord et Algérie) et, surtout le 19 mars (Journée à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie).

Chacune de ces dates, et particulièrement le 19 mars, déclenche son lot de polémiques, parfois violentes, qui montrent que la mémoire ce conflit reste brûlante plus de soixante ans après sa fin. Entre mémoires traumatiques, instrumentalisations politiques, déni étatiques et résiliences, entre commémorations spontanées et officielles, entre incidents et querelles éditoriales, la commémoration de la guerre d’Algérie nous renvoie au conflit entre histoire et mémoire, à la guerre elle-même et à toutes ses questions, y compris celle de la torture et de l’abandon des Harkis, bref au passé colonial de la France voire à son identité. En ce sens, elle est un enjeu capital, à l’heure où le pays s’interroge sur ce qu’il est dans un monde troublé par les replis identitaires et nationalistes.

La conférence en vidéo :


Informations pratiques :

Date de l'évènement : le 21 mars 2018
à 18 h.
Lieu(x) : Maison de l'Université

Publié le 27 octobre 2017

mise à jour le 16 avril 2018



Trouver une actualité

Trouver une actualité