Culture scientifique > Conférences grand public


UTLC - Dynamiques sociales contemporaines / 06/03

 

 

Par Pierre Piazza – Enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise, laboratoire CESDIP

 « Un œil sur le crime : Naissance de la police ‘scientifique’ et fichage des populations »

Sherlock Holmes et les nombreux enquêteurs qui sont régulièrement érigés en héros de nos soirées télévisées actuelles doivent beaucoup à Alphonse Bertillon (1853-1914) qui tient une place essentielle dans l’histoire des savoirs sur le crime durant la période comprise entre la fin du 19e et le début du 20e siècle. Déterminer infailliblement « qui est qui », classer et archiver rationnellement les données personnelles des délinquants, photographier méthodiquement les scènes où des meurtres ont été commis, analyser rigoureusement les diverses traces laissées par les malfaiteurs sur les lieux de leurs forfaits… Rien ne semble échapper à ce fin limier qui, premier directeur du service de l’Identité judiciaire de la préfecture de Police de Paris, modernise les savoirs, les méthodes et les outils des forces de l’ordre et influence ainsi de manière déterminante les pratiques, les recherches et les enquêtes policières tant en France qu’à l’étranger.


Par Guillaume Neveu – Enseignant-chercheur à l’Université de Rouen Normandie, laboratoire DysoLab
Université de Rouen Normandie - DysoLab


« Les enjeux d'occupation de l'espace public dans les années trente »

Résultat d'une recherche ayant pour source des  fonds d'archives préfectorales, il s'agit d'interroger les luttes menées entre l'extrême droite et l'extrême gauche à cette période pour ce qui concerne leur visibilité au sein de l'espace public et d'analyser la compréhension de ce phénomène par les institutions policières en place tout comme les modes de régulation sociale employés par ces dernières.

Alors que les années vingt se caractérisent par une période où l'agitation des extrêmes n'est pas à même de "troubler" l'opinion publique, dans un contexte d'après-guerre et d'union derrière les institutions de la IIIe République, les années trente marquent une rupture et voient des forces politiques qui mettent en péril le régime en place. Le 6 février 1934 sera le point culminant de ce phénomène et entraînera une union des mouvements de gauche qui permettra la victoire du Front populaire. Au cœur de ces processus historiques se trouve la question de l'Öffentlichkeit d'Habermas passant par une publicisation des différentes idéologies sous différentes formes: tracts, affichage, presse, et parfois rixes violentes dans l'espace public.

Informations pratiques :

Date de l'évènement : le 6 mars 2017
à 14 h.
Lieu(x) : Site de Mont Saint Aignan
salle des thèses - Bâtiment Freinet – UFR Sciences de l’Homme et de la Société – Rue Lavoisier – 76 130 Mont-Saint-Aignan.

Publié le 17 février 2017

mise à jour le 8 mars 2018



Trouver une actualité

Trouver une actualité